Pour une délibération collective qui construise la confiance et prépare les décisions du plan local au plan national

150 150 Gilles LE CARDINAL

Les soirées de Varennes, mercredi 17 juin 2015, intervention de Gilles LE CARDINAL.

Le monde politique semble d’accord sur l’intérêt d’améliorer le niveau de confiance des citoyens comme facteur facilitant la vie démocratique de la Nation. Tous veulent jouir des avantages de la confiance, mais personne ne veut faire les efforts nécessaires pour la construire. Peut-être faut-il d’abord lever la confusion entre «  la confiance sociale » et «  la confiance interpersonnelle ».

La confiance sociale repose sur le sentiment de sécurité ressenti vis-à-vis d’une organisation qui gère bien  les risques de son activité et propose un service  de qualité satisfaisante.

La confiance interpersonnelle est une prise de risque vis-à-vis d’une personne compte-tenu de l’expérience que nous avons de son comportement passé. La confiance interpersonnelle nous permet de prévoir si le comportement de l’autre sera  coopératif ou non à l’avenir.

 Si nous voyons tous l’importance d’élever le niveau de confiance, où est le problème ?

Des divergences existent dans les objectifs des parties prenantes, voir même des antagonismes radicaux : le Ministre du Budget n’a pas les mêmes objectifs que celui de la Culture.

Or une stratégie fondée sur la confiance implique des renoncements.

De quels renoncements s’agit-il ?

  • Renoncer aux « stratégies prudentes » qui consistent à éviter le pire. Or faire confiance est toujours une prise de risque.
  • Renoncer aux « stratégies dominantes » où c’est celui qui a le pouvoir qui décide seul.
  • Renoncer aux « stratégies donnant-donnant » où on calque son attitude sur celle de l’autre.
  • Renoncer aux « stratégies égocentrées » où on ne tient pas compte de ce qui arrive aux autres.

Quelles  sont les étapes  des changements de mode de gouvernance nécessaire? :

  • travailler à formuler une finalité commune avec toutes les parties concernées ;
  • accepter d’écouter les objectifs spécifiques de toutes les parties concernées ;
  • renoncer aux solutions expertes et optimales pour un point de vue seulement  et rechercher ensemble des solutions satisfaisantes pour toutes les parties concernées
  • tenir compte de l’impact à court, moyen et long terme des décisions prises sur la vie et le travail de tous  les partenaires et donc des effets pervers possibles ;
  • faire en sorte que les partenaires puissent se sentir solidaires aussi bien dans les succès que dans les échecs ;
  • créer un échange d’informations pertinent entre tous les partenaires pour dégager une perception consensuelle de la finalité poursuivie de manière à constituer un « Fond commun d’évidence »  (FCE) qui débouchera sur une représentation commune de la situation actuelle, de la situation désirée et du contexte.
  • utiliser des méthodes qui permettent à chacun d’exposer ses ressentis et ses idées de solutions et qui permettent à chacun d’écouter celles des autres.

 Concrètement, comment fait-on pour construire la confiance ?

« Se sentir interdépendants », «  tenir compte des avis des autres parties prenantes », « passer d’une attitude de compétition et de rapports de force à une attitude de coopération», « découvrir qu’on a un patrimoine commun », sont des prise de conscience indispensable pour une  démarche qui se donne pour objectif de construire la confiance.

Pour atteindre ces objectifs, trois étapes sont indispensables :

  • Trouver ensemble la finalité commune et le bien commun associé.
  • Faire (pour et avec toutes les parties concernées) l’inventaire : des peurs possibles  concernant l’avenir, des attraits et attentes possibles, des tentations possibles, à savoir les comportements  menaçant la finalité commune.
  • En déduire un tableau de bord, véritable représentation commune de la situation, puis un  programme d’actions  en suivant la logique rigoureuse suivante :

Chaque peur signalant un danger particulier va permettre de déduire la ou  les précautions à prendre, ce qui réduira la méfiance.
Un attrait qui signale une attente, sera transformé en un objectif précis qui appellera les moyens et les stratégies à mettre en œuvre, ce qui construit l’adhésion et la confiance.
Une tentation signale un comportement inadapté, générateur de méfiance, qui donnera lieu, par retournement,  à une bonne pratique.

L’ensemble des précautions constitue le « management des risques », les moyens et stratégies un « management des objectifs », les bonnes pratiques un « management de l’éthique relationnelle ».

Ces 3 managements sont associés dans la méthode PAT-Miroir©, issue de la recherche de l’UTC *

Chaque projet de loi pourrait  donner lieu à une telle démarche démocratique lors de soirées de réflexion citoyenne. Chacun pourrait alors  exprimer  ses peurs, attraits et tentations sur le sujet débattu, écouter les ressentis des  autres. Et rassembler ainsi, en une approche commune, des compétences et des mentalités différentes.

Nous avons expérimenté cette démarche lors de la préparation de la loi sur la fin de vie avec le l’Espace Ethique de Picardie en organisant cinq soirées de réflexions citoyennes où nous avons recueilli 1450 peurs, attraits et tentations. 350 préconisations  ont été synthétisées en 50 propositions d’article de Loi. Ce travail a été transmis au CNE, puis au Ministre qui nous a fait part de sa satisfaction en nous affirmant que cette contribution avait été l’une des plus  pertinentes.

Gilles LE CARDINAL

Email *

Message